Accueil - Plan - -







Voir aussi

Gomidas Vartabed

Gomidas Vartabed Suite














                       







Gomidas Vartabed

Né le 26 septembre 1869 à Keutaya (Asie Mineure) décédé le 22 octobre 1935 à Villejuif après une longue et douloureuse dépression liée au grave traumatisme et ses onséquences, qu'il  subi lors du génocide arménien perpétré par le gouvernement turc en 1915.

Nous l'aimons, nous le chantons, nous le célébrons avec un amour indéfectible.
Komitas Vartabed fut orphelin de mère à 1 an et de père à 11 ans. Que ces parents étaient pauvres mais néanmoins pas dépourvu de richesses intérieures et musicales. Cet enfant à la voix si belle est accueilli en 1882 au séminaire patriarcal d'Etchmiadzine, et devient soliste. En 1892 il est  Ordonné Prêtre Il parfait ses connaissances musicales à Tiflis  et
part  étudier la  direction de chant et la musicologie à Berlin au conservatoire.  En 1899 Retour à Etchmiadzine il se consacre à la musique liturgique. et à la musique traditionnelle arménienne son don d'observation et de curiosité respectueuses le mène de ville en ville;  et de village en village afin de transcrire les mélodies du terroir, qu’il décante  et remet dans leur pureté originelle .Puis ce sont de nouveaux concerts  partout en Europe .Paris
en 1906.

Partout c'est la gloire, des compositeurs impressionnistes tels Claude Debussy le qualifie de génie dans son art. Retour et accueil un peu froid à Etchmiadzine. Il s'installe à Constantinople en 1913. Dans la discrétion et la dignité il poursuit son travail acharné  souhaite créer une institution arménienne de musique, mais des difficultés l'obligent à y renoncer. Il parcourtà nouveau les provinces arméniennes, note de nombreux chants, mélodies et danses tels que les paysans les chantent dans les villages. Pureté.

Avril 1915 c'est le début du génocide arménien, il existait deux listes de personnalités à éliminer en priorité, Soghomon Soghomonian Komitas figure dans la première liste, parmi des intellectuels. Il est déporté à Changr, dans le sud de la Turquie dans les conditions abominables de barbaries que nous connaissons.
Pourtant un miracle fait que l'on aille le rechercher de l'abîme. Où il est jeté ainsi que tous nos compatriotes. Malade, il revient dans sa maison dévastée, et pillée pour constater que la majeure partie de son travail est détruit .De ce qu'il a vu, de ce qu'il a subi Il ne s'en remettra pas. Nous non plus, nous ne nous en remettons pas. Nous ne nous en remettrons jamais. Il est des êtres humains plus sensibles que d'autres. C'est ce qui fait qu'il y a des artistes, des hommes de bonne volonté, des hommes  doués, pleins de sensibilité et
d'énergie, de vitalité, de génie, d'ardeur et surtout pour certains d'entre eux pétris de tendresse. .Avait-il souvent des visites à l'hôpital ? Si oui, étaient-elles régulières? L'entourait-on de gestes d'affections? Il parlait très peu le français, et sans doute ne le comprenait-il pas bien. Quand on sait  combien le dialogue médecin malade dans ce genre de traumatisme est important, voir capital ., pour à peine amorcer une amélioration de l'être, puisque frappé et  atteint dans l'âme, et quand on connaît ce qu'est  la pudeur intrinsèque arménienne; comment envisager alors autre chose ; lorsque l'on pense à lui qu'une longue douloureuse et silencieuse agonie, Esseulé ne voulant ou ne pouvant évoquer par pudeur de ce qu'il avait vu, il s'est tu. Il, nous  laisse des lettres adresséesà ses amis, ses collègues qui expriment ses projets, des lettres toujours tendres, des poèmes, et tout son travail, l’oeuvre de toute sa vie. Son univers, la musique arménienne. Sa musique, sublime.
 Komitas vartabed décède le 22 octobre 1935 à l'Hôpital psychiatrique de Villejuif. Ses funérailles eurent lieu à l'église Arménienne rue Jean Goujonà Paris. Un an plus tard sa dépouille est transférée Au Panthéon d'Erevan.

Alice






Soghomon Soghomonian Gomidas vartabed

                                              Սողոմոն Սողոմոնեան Կոմիտաս Վարդապետ

Une des rares photos sinon la seule où on voit Gomidas Vartabed sourire

 




1890 1899 1909 1914  
  A son retour de Berlin 1897 1910

 

Les funérailles de Gomidas Vartabed Cathédrale Arménienne de Paris

Haut de page


























Ասքան չարիք թէ մոռանան մեր որդիք, թող ողջ աշխարհ կարդայ հայուն նախատինք:



AHA © 2020 ԱՀԱ